Clic droit désactivé ! / Right click disabled !

Nouvelles séries photo : présentation et démarche

Depuis 2014, l’astronomie, l’astrophotographie et le paysage nocturne sont devenus un moyen d’expression important pour moi. Une véritable passion, fusions de deux autres, qui me fait réfléchir et avancer chaque jour. Une occupation devenue quasi obsession, qui s’est développée au fur et à mesure du temps.

Cette année, je souhaite structurer cette activité en créant 3 nouvelles séries d’images de paysage nocturne ou de ciel profond; chacune d’entres elles ont une approche et une technique différente. La première série – Les Couleurs de la Nuit – est constitué de la majorité de mes paysages nocturnes réalisé depuis mes débuts, réunis dans une exposition sur tirage grand format.

 

Les couleurs de la nuit

Sombre, froid, triste, parfois inquiétant… autant d’adjectifs souvent associés au monde nocturne. Il est pourtant d’une très grande richesse, avec de multiples facettes extraordinaires et méconnues, accessibles à tous ceux qui souhaitent le découvrir.
Une fois le crépuscule arrivé à son terme, l’obscurité s’empare du paysage avec beaucoup de douceur. Dégradés subtils et spectacles célestes à la fois éphémères et immenses nous invitent alors à la rêverie et à l’imagination.

Lumières, nuances, détails, immensité… voici les vraies couleurs de la nuit.

Cette série photographique, qui est toujours en cours de réalisation avec l’ajout de quelques prises de vues tous les ans, est à la fois contemplative et informative.
La diversité des lieux représente les aspects de notre ciel au fil des saisons avec les différents objets célestes à observer, mais aussi de la présence humaine avec la désormais tristement célèbre pollution lumineuse.

Cette série est la plus représentative de mon rapport émotionnel avec la nuit et de mon travail sur les prises de vues.

Grand passionné d’astronomie depuis ma petite enfance, j’ai fusionné ma pratique de la photographie et celle de l’astronomie pour réaliser de véritables portraits du ciel et de la Terre. J’apporte beaucoup d’attention à retranscrire des images fidèles à l’atmosphère des paysages nocturnes; les lumières, nuances de couleurs, zones plongées dans le noir ou au contraire éclairées par les étoiles sont autant d’éléments à prendre en compte et à sublimer sans tomber dans l’excès.

 

 

Rêveries

La nuit est ancrée dans l’imaginaire collectif comme un monde de croyances, de rêves et de libérations. Autrefois associée à la peur de rencontrer bêtes sauvages, brigands et même des démons, l’obscurité reste encore aujourd’hui l’origine de nombreux sentiments et émotions différentes. Les symboliques variées qui s’y rattachent sont nombreuses, si bien que nous ne pouvons pas y être indifférents. Certains la recherchent pour sa quiétude et son pouvoir apaisant, d’autres la fuient de peur de tomber sur une mauvaise rencontre.

Elle fascine autant quelle effraie.

Avec le nom de l’une des plus belles œuvres du pianiste Claude Debussy, reconnu pour ses œuvres qualifiées de « paysages musicaux », cette série rassemble plusieurs photographies ou illustrations photographiques qui incitent à la réflexion, aux rêves, aux émotions et aux sensations.

Les images sont réalisées avec des prises de vues photo véritables, fortement similaires à celles de la série « Les Couleurs de la Nuit ». Un travail sur la lumière, la composition et la retouche diffère toutefois de la première série : il n’est plus question de respecter les nuances et l’ambiance nocturne lors de la prise de vue le plus possible, mais de travailler sur l’esthétisme et la symbolique de l’image. Le but ici n’est donc pas de proposer des images totalement réalistes. Toutefois, une limite « éthique » à la retouche est présente : il n’y aura pas de montages extravagants ou « impossibles » (galaxie en gros plan à côté d’une montagne entière, par exemple). Si l’image est composée de plusieurs photos et nécessite un travail important sur Photoshop pouvant être qualifié d’illustration plutôt que de photographie, une mention le précisera.

 

 

Mirages Nocturnes

Notre vision naturelle de la nuit, si elle nous permet d’admirer un ciel constellé d’étoiles et d’admirer notre galaxie – la Voie Lactée – ne dévoile pas entièrement la richesse de ce que nous pouvons observer.

Et si nos yeux étaient beaucoup plus sensibles, au point de révéler les nébuleuses, les galaxies et les amas d’étoiles présents dans notre ciel… mais si discrets ? Et si nous étions en capacité d’admirer un lever d’une immense nébuleuse, distante de nous de plusieurs centaines d’années-lumière, juste derrière une montagne ou une colline ?

Cette série propose de nous rendre compte de la richesse incroyable de notre ciel, avec une mise à l’échelle saisissante comparée à nos repères quotidiens, sur Terre. La variété de formes, de nuances de lumière, de couleurs du cosmos se mélange à celles de nos paysages dans une composition unique.

Le nom de la série « Mirages nocturnes » n’a pas été choisi pour rien. Ici, les images sont représentatives d’un paysage et d’une scène réelle, mais travaillées pour révéler des objets célestes trop peu discrets pour les voir à l’œil nu, même avec des poses courtes. Elles sont donc, comme un mirage, une représentation altérée de la réalité.

La technique de prise de vue de cette série, bien qu’impressionnante, complexe et technique, est cependant l’objet d’une polémique au sein de la communauté des astronomes et des astrophotographes.

En résumant fortement la situation, cette méthode offre la possibilité à n’importe qui de composer librement un paysage terrestre et céleste de son choix. Il devient donc possible de placer des nébuleuses énormes derrière des arbres, et maisons, des immeubles, sans respecter les échelles ni même la véracité d’une telle scène. Les cas sont légions et quotidiens, avec, par exemple, les nuages de Magellan au-dessus des Dolomites en Italie… impressionnant, mais absolument faux et impossible (ces galaxies sont visibles dans l’hémisphère sud). Entre la recherche d’images de plus en plus impressionnantes pour flatter les algorithmes, obtenir une reconnaissance virtuelle (vanité, vanité…), berner le public crédule (la technique n’est pas expliquée, il n’est pas dit de manière explicite que les scènes sont impossibles) et faire des images toujours plus impressionnantes, une autre approche plus mesurée et éthique et possible.

Oui, la technique du composite peut être totalement acceptable si elle est utilisée avec des règles précises, rapprochant le plus possible les conditions de prise de vue et le traitement d’une prise « classique ».

Voici ma réponse et mon engagement vis-à-vis de ma vision de la photo composite dite « éthique » :

– Un rappel systématique sur la technique est mentionné à chaque publication sur le web, pour expliquer au public quels sont les avantages, les limites et les dangers de cette pratique

– Les images sont réalisées la même nuit, au même moment (début-milieu-fin de nuit)

– Les images sont réalisées avec le même matériel (même boîtier)

– Les images sont réalisées avec la même focale (respect de l’échelle des objets les uns par rapport aux autres)

– Les images du sol et du ciel n’ont pas un écart de temps de pose important (il n’y aura pas 1 heure de pose sur le ciel et à peine quelques secondes pour le sol)

– La composition et l’alignement des éléments du ciel et du sol sont possibles et nous pouvons les photographier en un coup. Il n’y a donc pas de photomontage ou de triche de scènes impossibles à voir dans la réalité. Ce point est crucial !

 

 

Cosmos

Infiniment grand et varié, fascinant et mystérieux, l’espace nous fait voyager à chaque fois que nous regardons une image de galaxies ou nébuleuses.

Cette série regroupe l’ensemble de mes prises de vue du ciel profond. Amoureux des grands champs, les photos représentent une large portion du ciel avec des objets étendus, comme les grandes nébuleuses ou bien même des portions encore plus grandes.

Mon projet Ouranos 135 (mosaïque ultra haute résolution de la Voie Lactée de plusieurs centaines de millions de pixels – et bientôt plusieurs milliards de pixels) que je réalise petit à petit depuis 2018 peut être rattaché à cette série.